Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Contre la prévarication et l’impunité, Indignons-nous, mais engageons-nous !

Posté par: Elimane H. KANE| Dimanche 01 septembre, 2013 22:42  | Consulté 3318 fois  |  11 Réactions  |   

 

Des averses sont tombées au Sénégal. Pas seulement de l’eau dont l’abondance cause aussi la précarité chez  nombreux de nos concitoyens. Mais aussi sont tombés du nirvana des épicuriens  des deniers publics, des fossoyeurs de la république!!!Les rapports de l’IGE et de l’ARMP sont passés par là, mettant à nue  la perfidie et la cupidité des élites aux affaires dans notre pays. Mais quelque soit la torpeur et la consternation qui ont envahi les Sénégal, ce qui est encore révélé n’est que la partie visible de l’iceberg. Pire que le reg glacial qui a coulé le Titanic, celui qui obstrue notre vulnérable pirogue « sunugal » est entrain de torpiller l’avenir de plus d’une douzaine de millions de Sénégal et d’un maigre budget de développement de prés de 2500 milliards par an dilapidé par des fonctionnaires véreux.

Les résultats des audits de nos organes de contrôle donnent le tournis et nous interpellent en même temps sur l’ampleur de la gangrène dans notre pays. Nous sommes  conscients que nous sommes dirigés par des bandits à col blanc, des jouisseurs de la puissance publique qui prennent leur pied sans gène au sein  d’une société moulée dans d’hypocrisie historique, dans la manipulation des valeurs sociales fondamentales. Au Sénégal, les universaux qui devaient constituer le socle de notre  nécessité de vivre ensemble sont instrumentalisés par une horde de prédateurs réactionnaires, maîtres en ruse et tromperie exhibées au grand jour, pour le grand soir des exaltés.

Plus jamais cela ! Ca suffit ! Nous devons nous arrêter sur nos comportements. Nous ne pouvons plus constituer à jouer aux pantins sur la scène du théâtre national  avec les même acteurs qui se relaient et se font des passe-droits. Personne d’ailleurs ne veut prendre sa retraite, ni faire de la place aux jeunes qui refusent de s’accommoder de leurs pratiques. Je parle de nos élites de tous bord (dirigeants politiques, guides religieux, intellectuels organiques d’Etat, cadres administratifs,  chefs d’entreprises, syndicalistes, journalistes,…) qui ont dirigé ou influencé  ce pays depuis les indépendances. La gabegie, le népotisme, l’usurpation et  le détournement des biens publics, la corruption, la fraude et autres malversations  sont des réalités historiques encore persistantes dans notre pays. Maintenant, il faut que ca change ! Cela ne dépend que de nous !

Les sénégalais ne doivent plus tolérer les cadres qui s’accaparent des deniers publics et ne doivent plus accepter que des rapports de contrôle nous fassent des révélations aussi ahurissantes et atterrantes. On continue encore malgré deux changements de régimes, commandés par la force de la demande sociale et la quête d’une gouvernance plus légitime et vertueuse des affaires publiques , à poursuivre une stratégie de développement qui ne s’exprime que par le langage pécuniaire et à dépenser aussi facilement des milliards. Les sénégalais doivent être plus exigeants sur les comptes qui doivent être transparents aussi bien dans leur planification (loi de finance) que dans leur évaluation (loi de règlement), mais surtout dans leur mise en œuvre, c'est-à-dire en permanence à travers les organes de contrôle, mais aussi les mécanismes de contrôle citoyen et de transparence budgétaire qui peuvent être davantage sophistiqués  et simplifiés.

Les sénégalais doivent surtout s’indigner et s’engager, développer la rage des « chiens de garde » et se dresser devant un Etat encore dubitatif, versatile au leadership peu courageux, même coresponsable.

 Le régime actuel aux affaires fait montre d’une faiblesse suspicieuse dans le traitement des  cas de malversations et de mal gouvernance. Il revendique urbi et orbi une gouvernance vertueuse qui s’avère  plutôt verbeuse. Au-delà de la gouvernance d’intention, il est attendu de l’Etat plus de diligence et moins d’incohérence et de contradiction entre la parole professée et les actes posés. Il est incompréhensible qu’on nous parle  de médiation pénale dans des procédures d’instruction. Il est encore peu concevable de déclamer partout une volonté de lutter contre la corruption alors qu’on peine à mettre en place des institutions adéquates pour faire face. Au Sénégal, il n’ya même pas de loi anti-corruption. Il est encore surtout inacceptable de nommer un ministre de la promotion de la bonne gouvernance qui passe son temps à justifier des actes de gestion irréguliers et de s’immiscer dans des procédures judiciaires en foulant au pied le fondement  de l’Etat de droit qu’est  la séparation des pouvoirs.

Il urge donc de procéder à plus de diligence dans l’ animation des mécanismes de lutte contre les malversations, la fraude  et la corruption en se souciant plus de protéger et de sauvegarder les deniers publics que de traquer maladroitement des sénégalais. C’est une question d’approche ! Il s’agit moins de s’épier méchamment pour satisfaire une jalousie malsaine que de veiller à ce que ce qui appartient à tous soit exclusivement au service de tous, en se préservant de l’accaparement. Nous devons surtout, en toute lucidité et sérénité, veiller à la justice, à l’équité et à l’impartialité.

Comment peut-on déclarer faire la promotion de la bonne gouvernance et continuer à entretenir des institutions parias ? Au nom de quelle logique l’assemblée nationale, organe de contrôle de surcroit, le conseil économique, social et environnemental, ou encore des ministères dits de souveraineté doivent se mettre hors de contrôle  alors qu’elles dépensent une grande partie de notre budget national, sans pour autant satisfaire les attentes des sénégalais. Nous devons aller vers la transparence et la redevabilité pro active et  globalisante, le contrôle à 360 degrés qui ne laisse hors circuit aucune institution gérant ou recevant des deniers publics. Même les organes de contrôle publics (ARMP, la CENTIF, l’IGE, … ) et citoyens (organisations de la société civile ) doivent être contrôlés à leur tour  !

Ils ont raison mes compatriotes qui appellent à la résistance, à l’engagement total  et intègre. Ils ont raison de réclamer un nouveau type de sénégalais. Ils ont raison d’exiger l’éthique, la probité et la compétence à ceux qui aspirent à nous diriger. Ils ont raison de nous inviter à nous parler, nous écouter, nous mobiliser ensemble, pour reprendre notre destin en main et assumer pleinement notre responsabilité par rapport au legs que nous devrons laisser aux futures générations.

Sénégalais, indignez-vous et mobilisez-vous ! La gestion des affaires publiques est une question de survie !

                                                                            

Elimane Haby KANE

Leadership, Ethique, Gouvernance, Stratégies pour l’Afrique

LEGS-Africa.

elihkane@gmail.com

 L'auteur  Elimane H. KANE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (11)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Ben En Septembre, 2013 (11:05 AM) 0 FansN°:1
Excellente contribution! Le bon combat, comme le disait Paulo Coelho, est celui mené parce que notre coeur le demande. Le citoyen est l'élément central de la République, il en est le moteur, le socle...Les jeunes qui ont acquis un capital militant doivent aider les autres jeunes à surmonter leur sentiment collectif d'impuissance politique, à transposer leurs dispositions liées à l'ethos de classe (posture de résistance, refus de l'autorité, etc.) en combat politique. La vie est un combat...
NIRVANA En Septembre, 2013 (22:01 PM) 0 FansN°:2
Bravo M. Kane pour ton papier. Tu contribues à élever le débat avec les moyens dont disposes c-à-d ton intelligence et ta verve. Nous avons nous aussi notre pierre à apporter en tant que citoyens et partie prenante de l'avenir de "senegal ameng".
Lamine CISSE, Cotonou En Septembre, 2013 (20:57 PM)0 FansN°: 1024898
Tu as posé les vrais problèmes en donnant des exemples et des orientations. Je t'encourage dans ce sens parce qu'il faut diagnostiquer au fur et à mesure pour évaluer. Je voudrais aussi que dans ton prochain papier, que tu essaies de diagnostiquer aussi les comportements des populations de la base qui ne cessent d'influer sur ceux des sommets.
Lamine CISSE, Cotonou En Septembre, 2013 (21:03 PM)0 FansN°: 1024912
Je vous trouve pertinent dans le diagnostic et les orientations pour pallier aux maux qui nous tuent depuis longtemps. Je voudrais avoir un papier qui évalue aussi les comportements des populations de la base qui influencent ceux des sommets.
Falgen En Septembre, 2013 (23:58 PM) 0 FansN°:3
Du courage mon ami, c'est la bonne voie. il faudra continuer à parler par qu'on ait les vrais changements attendus par les populations.
Oumar Talla En Septembre, 2013 (03:54 AM) 0 FansN°:4
Toujoursun plaisir de te lire la pertinence de ta contribution reflète ton engagement patriotiques et citoyen.Le Legs est entrenu , des jeunes comme toi donne foi en l'avenir
Diop m d En Septembre, 2013 (16:21 PM) 0 FansN°:5
Mes félicitations pour la pertinence des idées mais aussi pour ton courage. Bonne continuation et bcp de succès pour les nobles idéaux que tu defends.
Enrico Muratore En Septembre, 2013 (23:12 PM) 0 FansN°:6
Très bon et très juste article, qui ne vaut pas que pour le Sénégal car le monde entier, hélas, est presque partout corrompu par les mêmes vices; au-delà toutefois du nécessaire contrôle citoyen, j'aurais tout de même insisté d'avantage sur un aspect, qui est le suivant: l’amélioration des conditions de vie dépend de nous tous. L’altruisme, la tolérance et la solidarité sont la voie vers la salvation collective. Chaque individu doit assumer sa responsabilité sociale personnelle : comment pouvons-nous attendre des Etats, des organisations ou des entreprises d’avoir une conduite fondée sur la responsabilité sociale, si les individus qui les composent ne partagent pas ces valeurs et ne considèrent pas qu’ils ont une responsabilité dans l’amélioration de la situation? Nous devons essayer de devenir de meilleurs citoyens, ce qui veut dire non seulement participer à la gestion de la chose publique, mais aussi, dans notre vie cotidienne, être des individus socialement responsables qui aident les personnes âgées, protègent les femmes et les enfants, paient leurs impôts, refusent le vote d’échange, gèrent leurs conflits sans violence, n’embrouillent pas leur prochain, jettent les ordures dans le bidon et s’il n’y en a pas ils les portent jusqu’à en trouver un, nettoient les plages, respectent les animaux, etc…

Une meilleure gouvernance ne peut venir que d’une meilleure citoyenneté, car nos leaders ne viennent pas d’une autre...
Enrico Muratore En Septembre, 2013 (23:14 PM) 0 FansN°:7
Très bon et très juste article, qui ne vaut pas que pour le Sénégal car le monde entier, hélas, est presque partout corrompu par les mêmes vices; au-delà toutefois du nécessaire contrôle citoyen, j'aurais tout de même insisté d'avantage sur un aspect, qui est le suivant: l’amélioration des conditions de vie dépend de nous tous. L’altruisme, la tolérance et la solidarité sont la voie vers la salvation collective. Chaque individu doit assumer sa responsabilité sociale personnelle : comment pouvons-nous attendre des Etats, des organisations ou des entreprises d’avoir une conduite fondée sur la responsabilité sociale, si les individus qui les composent ne partagent pas ces valeurs et ne considèrent pas qu’ils ont une responsabilité dans l’amélioration de la situation? Nous devons essayer de devenir de meilleurs citoyens, ce qui veut dire non seulement participer à la gestion de la chose publique, mais aussi, dans notre vie cotidienne, être des individus socialement responsables qui aident les personnes âgées, protègent les femmes et les enfants, paient leurs impôts, refusent le vote d’échange, gèrent leurs conflits sans violence, n’embrouillent pas leur prochain, jettent les ordures dans le bidon et s’il n’y en a pas ils les portent jusqu’à en trouver un, nettoient les plages, respectent les animaux... Une meilleure gouvernance ne peut venir que d’une meilleure citoyenneté, car nos leaders ne viennent pas d’une autre...
Anonyme En Juillet, 2014 (10:34 AM) 0 FansN°:8
Well said,
Maintenant c à tous les sénégalais de savoir ce qu'ils veulent réellement et où ils veulent aller.
Mme Sow En Juillet, 2014 (10:58 AM) 0 FansN°:9
C'est bien je t'encourage , il faut continuer sur cette lancée.

Ajouter un commentaire

 
 
Elimane H. KANE
Blog crée le 15/02/2013 Visité 213228 fois 32 Articles 8191 Commentaires 13 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires