Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

De la justice organisationnelle dans le recrutement aux emplois publics : la conscience de la rupture s’appliquera-t- elle au recrutement des agents de l’administration publique ?

Posté par: Elimane H. KANE| Samedi 16 février, 2013 18:13  | Consulté 3923 fois  |  11 Réactions  |   

 Photo de couverture

Le 20 Février est la date butoir pour le dépôt des dossiers de demande d’emploi dans le cadre du recrutement massif de 5381 emplois dans l’administration publique. Le ministère de la fonction publique en charge de l’opération a lancé un appel public à candidatures et annoncé des prédispositions éthiques dans la gestion du processus de recrutement. Ce que nous apprécions salutaires, en attendant l’issue de l’activité qui est suivie avec intérêt par les sénégalais.

Compte tenu de l’ampleur de plus en plus croissance du chômage au Sénégal, rendant ainsi préoccupante la question de l’accès à l’emploi, il devient un acte citoyen et patriotique de réfléchir sur les conditions et possibilités d’accès aux emplois directement pourvus par le secteur public.

Certes, dans un régime démocratique libéral, la vocation de l’Etat n’est pas de fournir directement des emplois aux citoyens, mais de créer les conditions de création d’opportunités d’emplois à travers l’investissement, le développement des secteurs de production de matières premières et agricoles, l’industrialisation et la promotion de l’économie du savoir,... Cependant, le contexte sénégalais marqué par un secteur privé faible, une industrie en déliquescence, une abondance de ressources humaines formées mais peu qualifiées, l’Etat est encore providentiel dans la distribution des opportunités d’emploi. De ce fait, l’annonce de recrutement de prés de cinq mille agents dans la fonction publique est présentée et perçue comme un grand bon point du régime en place, en tant que réponse à la demande sociale pressante. Depuis l’annonce de l’ouverture de l’opération, c’est la ruée vers les guichets d’emplois pour déposer des dossiers de candidatures. L’espoir est si grand de la part de ces centaines de milliers de jeunes, diplômés et non diplômés, qui pensent trouver ici le salut après des années de galères sur les bancs d’une école de plus en plus moribonde, des établissements de formation au rabais, des ateliers d’apprentissages mal outillés pour donner une formation technique crédible.

La déception est fille de l’espoir.

Le risque dangereux de l’Etat du Sénégal dans l’engouement suscité autour de l’opération de recrutement massif dans la fonction publique est de décevoir des milliers de jeunes qui vont encore devoir prendre leur mal en patience. Le degré de la déception est corolaire à l’ampleur de l’espérance créée car elle se mesure à  l’amplitude entre les attentes préalables et les résultats finaux. De la manière dont sera gérée la procédure de recrutement dépendra donc la perception de la déception chez ces centaines de milieux des jeunes qui ne pourront bénéficier de la poignée  d’emplois offerts par l’Etat, mais aussi celle de l’opinion publique sur les capacités du régime en place à faire face aux besoins des populations. Déjà la direction de la main d’œuvre a enregistré depuis des années des centaines de milliers de demandes restées sans suite et chaque année. La convention Etat-employeur n’ayant pas donné des résultats satisfaisants. En plus, selon les chiffres de l’ANDS, plus de 200000 nouveaux demandeurs d’emplois potentiels viennent  s’ajouter annuellement à l’assiette de la demande, alors que la nouvelle politique de l’Emploi  prévoit la création d’environ 500 000 emplois dans la période de 2013-2017. Nous ne pouvons ainsi dire que la question de l’emploi demeure une bombe politique entre les mains de l’Etat. Il est donc avéré que les emplois directs fournis par l’administration ne sont qu’une goute d’eau dans la marre. Mais en attendant une politique d’emploi efficace et dynamique, une attention particulière sera portée sur la manière dont nos merles  seront mangés! Désormais, la justice organisationnelle dans l’acquisition des personnels de l’administration publique devient un indicateur de bonne gouvernance.

La justice organisationnelle dans l’acquisition des agents de la fonction publique

La justice organisationnelle peut être définie comme l’ensemble des conditions morales, structurales et sociales qui interviennent dans l’organisation des procédures de prise de décision et dont les observations permettent aux individus de percevoir une situation  d’évaluation de juste. Elle permet d’apprécier les conditions dans lesquelles les gens évaluent des décisions prises à leurs égards comme justes ou injustes.

Dans un contexte de crise de l’emploi et de compétition des savoirs, l’intérêt pour les procédures est prononcé aussi bien par rapport aux enjeux de ressources et rétributions d’une opération de sélection que par rapport aux aspects relationnels liés à la valorisation de chaque individu dans son groupe. Les sujets à toute forme de sélection deviennent de plus en plus exigeants et regardants sur les questions de justice dans les procédures utilisées. Ce qui peut être considéré comme un élément d’appréciation de la gouvernance d’entreprise. Une étude que nous avons réalisée en 2001[1] sur la justice organisationnelle dans les méthodes de recrutement en entreprise au Sénégal, avait permis de monter que les candidats accordent une importance majeure aux méthodes par les quelles ils sont évalués tandis que la presque totalité des entreprises sénégalaises pratiquent le recrutement de façon informelle sans respect des règles de gestion des ressources humaines, ni moins des droits privés des candidats à l’emploi. Etudiée dans la sphère de l’Etat, une telle question revêt une autre dimension importante et très actuelle du reste. Celle de la Bonne gouvernance des affaires publiques et plus particulièrement la prise en compte des princes de Transparence et d’Equité.

L’engouement suscité par le programme de recrutement dans l’administration publique a déjà montré les soucis de contrôle citoyen sur l’opération avec notamment les déclarations des jeunes diplômés chômeurs, des sénégalais de l’extérieur  et aussi des associations d’handicapés. Chacun en revendiquant la protection de ses droits à l’emploi décent pose le débat sur les conditions et procédures de recrutement qui ne pourront nullement échapper aux principes précédemment indiqués.

De la même manière, les jeunes des partis politiques au pouvoir se font distingués à travers des actions radicales et parfois même violentes dans le seul souci de se faire entendre et de mettre la pression sur leurs leaders politiques, aujourd’hui détenteurs du pouvoir de décision. De cette manière ils tirent l’alarme et suggèrent à leurs partisans de tenir compte de cette vérité historique qui consiste, pour les politiciens au pouvoir, à pratiquer la discrimination, en privilégiant leurs militants dans la distribution des postes et emplois comme des sinécures devant permettre de renforcer le parti présidentiel. Parmi les critères de sélection, nous sommes particulièrement attentif à celui de l’ « engagement citoyen », en attendant de savoir comment il sera apprécié !

La conscience de rupture mise à l’épreuve

Le régime du Président Macky Sall qui déclame ourbi et orbi la rupture dans la gestion des affaires publiques et la promotion de la gouvernance vertueuse fait ainsi face à une situation éprouvante. Il sera jugé sur sa manière de gérer aussi bien la distribution des postes qui relève du pouvoir discrétionnaire du Président de la République que le recrutement massif  aux emplois dans le secteur public et para public. Dans un contexte de massification et d’implantation de son parti, le Président de la République joindra-t-il la lettre à l’esprit dans sa conviction déclarée de privilégier la patrie devant le parti ?

En réussissant une gestion transparence, équitable et juste de l’opération de recrutement massif dans l’administration publique, il nous démontrera ainsi sa véritable conscience de la rupture  annoncée. Ce qui devrait commencer par une communication claire et précise sur les critères, conditions et procédures de ce recrutement. En attendant, nous gardons l’ « œil ouvert », dans notre rôle de contrôle citoyen de l’action publique !

[1] Elimane H. KANE: La justice organisationnelle des méthodes de recrutement en entreprise au Sénégal, Mémoire pour l’obtention du CAFPC, Ecole Supérieure polytechnique, 2001.

 L'auteur  Elimane H. KANE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (11)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Chouchouta En Février, 2013 (11:34 AM) 0 FansN°:1
j'appreci à sa juste valeur ces propas d'Elimane. Moi méme qui parle j'ai deposé ma candidature au ministére de la fonction publique , de l'emploi et des relations avec les intitutions. Ce faisant, nous attendons comme l'a dit Kane une justice organisationnelle dans le processus de recrutement. Si l'Etat senegalais sous la houlette de macky sall annonce le recrutemnt de 5591 emplois dan sla fonction publique, ceci doit respecter le principe sacro saint de l'egalité des chances, pour permettre aux jeunes de ne pas douter sur la faisabilité de ce recrutement. Nous sommes prét avec le soutien des membres de la société civile de denoncer toute injustice qui sera noté aprés ce recrutemnt car macky a été elu sur la bases d'un projet de société dont les principes reste une justice equitable , une gouvernance vertueuse en somme une rupture dans la gestion des affaires publics
Anonyme En Février, 2013 (13:56 PM) 0 FansN°:2
oui j appreci a juste valeur les propos ils n faut pas se contenté des recommandations ou des liens de parenté il faut une justice oarganisationelle dans le processus de recrutement au niveau de la santé il faut voir les promotions les plus enciens je propose méme au niveau des structures de santé ya des contractuels diplomé payé par les hopitaux en les recutants dans la foction public sera une des décharges des fond financieres des hopitaux
Anonyme@ En Février, 2013 (18:57 PM)0 FansN°: 653389
anonyme sais tu k ya des contractuelles diplomés payés par les hopitaux ki ont soutenu ya pas longtemps et toi tu veux k'ils soient privilégiés pour les recrutements et leurs anciens ki n'ont pas eu la chance d'étre contractuelles car n'ayant pas été recommandé par kelk'un ou n'ayant pas de bras long comme on dit tu en fais koi donc je suis désolé mais je partage pas ton avi
SAVETHEWORLD En Février, 2013 (16:41 PM) 0 FansN°:3
Ce que les citoyens sénégalais doivent savoir, c'est que 3000 des 5000 emplois déclarés vont revenir à la gendarmerie, police et armée : et pour ça, pas besoin de diplômes! Très peu d'emplois seront dispatchés dans les autres corps de l'Etat. Ca va être la débandade, alors vaut mieux ne pas trop espérer obtenir un job dans la Fonction Publique...
Smithd620 En Décembre, 2014 (02:35 AM) 0 FansN°:4
Because here is a list of multiplayer games is that the leave was asked fdkdabeddbffeeee
Pharmd258 En Décembre, 2014 (17:41 PM) 0 FansN°:5
Very nice site! cheap goods http://ypxaieo2.com/ooovxqy/4.html
Pharme822 En Décembre, 2014 (23:39 PM) 0 FansN°:6
Very nice site! cheap goods http://oixypea2.com/qxqsarq/4.html
Pharmk866 En Décembre, 2014 (23:40 PM) 0 FansN°:7
Very nice site!
Pharma370 En Décembre, 2014 (17:50 PM) 0 FansN°:8
Very nice site! cheap goods http://opeaixy2.com/qsqsara/4.html
Pharmd377 En Décembre, 2014 (00:16 AM) 0 FansN°:9
Very nice site! cheap goods
Pharme395 En Décembre, 2014 (00:18 AM) 0 FansN°:10
Very nice site! cheap goods http://aieopxy2.com/osovxqv/4.html

Ajouter un commentaire

 
 
Elimane H. KANE
Blog crée le 15/02/2013 Visité 210087 fois 32 Articles 7729 Commentaires 13 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires