Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

La "société civile", arnaque réactionnaire ?

Posté par: Elimane H. KANE| Jeudi 30 janvier, 2014 13:49  | Consulté 24083 fois  |  10 Réactions  |   

"Société civile et Transformation

La société civile : de quoi parlons-nous ?

De l’opportunité d’une étude récemment publiée par l’Alliance CIVICUS en partenariat avec le WACSI pour l’Afrique de l’ouest et  le Forum civil au Sénégal, nous pouvons tirer beaucoup d’enseignements mais nous poser surtout de sérieuses questions sur les bases de légitimité et les fonctions des organisations et personnalités qu’on appelle «  société civile » et leur véritable rôle dans la mission transformatrice de nos sociétés.

L’étude commence par une appréciation bigarrée mais  prudente de la notion, postulant que «  la « société civile » au Sénégal peut être caractérisée a priori de la manière suivante : un concept flou, une réalité bigarrée, un rôle problématique, une contribution importante mais peu systématisée et valorisé. »

A partir de là, il devient intéressant de revenir sur les origines du concept pour mieux comprendre de quoi nous parlons, pourquoi avons-nous besoin de catégoriser des actions sociales complexes et de les situer dans un groupe d’action « homogénéisé »?

Les enjeux ne sont pas si candides. Tout ceci renvoie à un modèle d’organisation du monde. Il y relève bien de soucis de commodité et de rationalisation des rapports politico-socio-économiques pour mieux veiller à un équilibre du systéme en vigueur. Il est plus facile de catégoriser les canaux de revendications et d’expression des aspirations et frustrations sociales pour pouvoir mieux gérer les possibilités de restructuration du modèle à travers les crises qu’il traverse. Car le fait de stratifier le monde en pôles permet de maintenir son équilibre et surtout de maîtriser les différents pôles et garder le système permanent.

Quand l’Europe a eu besoin de maitriser les dynamiques dans les pays ACP, contrôler les mécanismes de régulation  et garantir une stabilité des règles commerciales favorables à ces intérêts, elle a suggéré la mise en place des Acteurs Non Etatiques, en tant qu’entité légitimée dans le processus de négociation des accords commerciaux. Depuis, les OSC se sont sentent fiers d’évoquer les accords de Cotonou pour brandir  cette reconnaissance extérieure qui leurs octroie une réalité plus confortable au sein de leur pays, mais en même temps fait d’elles des instruments d’une stratégie ourdie pour d’autres intérêts que ceux des populations qu’elles sont sensées représenter.

Il faut sortir du système paramétré

Il est évidant que cette réalité ambigüe découle de la trajectoire historique  du rapport Etat – société dans le contexte du Sénégal et de la plupart des pays en Afrique au Sud du Sahara. Notre éternelle difficulté à sortir de cette réalité extravertie est à la fois à l’origine du biais qui entrave notre compréhension objective des dynamiques sociales internes en court  et des mauvaises solutions préconisées face aux défis de transformation sociale qui est la suite conséquente au constat d’échec de nos institutions et politiques mises en œuvre depuis les indépendances.

Persévérer dans la typologie des acteurs, dans cette perspective d’endiguement, équivaudrait donc à un refus chronique au véritable changement auquel aspirent nos populations. Les organisations qui animent la dynamique locale d’auto détermination et de transformation ne peuvent continuer à s’accommoder de ces pratiques. Il est donc nécessaire d’aborder définitivement la rupture épistémologique et d’adopter des comportements courageux et déterminés à aller dans le sens de la déconstruction des paradigmes dominants pour que la transformation fondamentale soit effective.

L’attitude critique doit aller au-delà du concept importé et des enjeux opportunistes qui découlent de l’approche extravertie de la perception que les acteurs ont de la « société civile », mais vers une remise en cause profonde du paradigme d’origine et surtout du projet de nouvel ordre mondial qui a introduit les schémas politiques connus depuis le début des années 80 avec l’introduction de la « bonne gouvernance » à la londonienne ( Margareth Tacher), la démocratisation depuis la Baule (François Mitterrand),… Un tel schéma a jeté le cadre institutionnel nouveau qui a abrégé les libertés des peuples à décider de leur propre système sociopolitique, de leur propres choix économiques et de la légitimité de leur représentation.  Ce schéma usurpateur des droits et responsabilités légitimes a mis à la place des Etats « irresponsables », une « société civile » manipulée et parfois corrompue et un secteur privé multinational qui en dernière instance impose son influence sur les choix et stabilise  le cercle vicieux indécemment appelé « cercle vertueux » au service de la globalisation, dont  la seule logique est le  marché mondialisé.

L’indice Civicus a d’abord défini la société civile comme “ l’arène, en dehors de la famille, de l’Etat et du secteur privé (marché-entreprise) où des gens s’associent pour faire avancer des intérêts communs ” pour ensuite devenir  « le cercle, en dehors de la famille, de l’état et du marché qui est créé par des actions individuelles et collectives, des organisations et institutions pour poursuivre des intérêts communs. »

Cette définition postule toujours la possibilité de poursuivre des intérêts communs en dehors de la famille, de l’Etat et du lieu économique. Nous pouvons dès lors nous poser à quelle finalité cette action est donc vouée si elle doit s’appliquer en dehors des institutions sociales de base qui structurent le commun vouloir de vivre ensemble et durablement. Peut-il exister d’initiatives, de luttes en dehors des préoccupations de la première institution sociale qu’est la famille, de l’institution politique agrégée qu’est l’Etat et du domaine de définition des échanges économiques qu’est le marché ? Comment avoir une action efficace quand on réduit son domaine de définition à un enclos, exclus des processus d’élaboration de la demande et de prise de décisions ?

L’engagement populaire, au lieu de la participation qui est encore le cheval de bataille de la presque totalité des organisations, ne prend –t- il pas sa source des déséquilibres observées dans la fonctionnalité de ces institutions pour plus de justice, plus de respect des libertés individuelles et collectives, des droits humains, sociaux et économiques,… 

Au lieu d’une invitation à la participation dans un système initialement paramétré, l’engagement citoyen est le moteur de la transformation car il  trouve son origine dans le « cri » qui aspire au changement.

Une action en dehors des sphères institutionnelles sociales, politiques et économiques ne peut être une action de transformation. Voilà pourquoi les organisations qui acceptent de jouer le rôle de « société civile » doivent s’amender, se remettre en cause pour redéfinir leur véritable identité et champ d’action.  Une initiative de défense ou de promotion des libertés et droits des populations ne pourrait réduire le champ de liberté de ses membres. Surtout que cette limite est fixée par les maîtres du jeu, eux même.

L’indice Civicus est certes un outil d’introspection, dans sa démarche, mais surtout un outil d’évaluation de l’action, de la structure  et de la conduite  des organisations qui se réclament de la société civile. D’où la première limite objective d’ordre phénoménologique. Peut-on vraiment  rester à sa fenêtre et se regarder en même temps marcher dans la rue ? L’analyse des forces dans l’arène où on est engagé comme principal acteur s’avère une entreprise périlleuse, car il est rare de voir un lutteur aller au combat en estimant ses forces négatives. Où alors y aurait-il une société civile sentinelle de sa propre tour, surveillant ses acolytes comme les brebis galeuses de la cour royale ? Un autre déterminisme réactionnaire est qu’on a l’impression que c’est toujours la faute des autres ! Difficile de voir ses propres rides devant le miroir.

Le débat est  donc loin d’être celui de la gouvernance des OSC, ni de l’éthique dans ces organisations car ces questions sont d’abord individuelles, mais d’abord et avant tout de leur identité et de leur mission véritables.  C’est une lapalissade de dire que ces organisations qui fonctionnent avec les avantages et tares de leurs propres sociétés sont les abris exclusifs des bonnes gens. Les mêmes problèmes vécus dans la gestion des affaires publiques par nos gouvernants caractérisent le fonctionnement de ces organisations. Elles sont loin d’être des ilots de clairvoyance dans un océan d’opacité. Elles font partie du problème, donc sont aussi sujet de transformation. Le débat interpelle surtout la fonction de toutes ces dynamiques populaires dans la perspective de transformation, donc en dehors du système dominant.

Pour plus d’engagement transformationnel

L’enjeu ultime de l’engagement citoyen moderne est de changer notre monde, car tel qu’il est organisé, il augmente de jour en jour la masse des laissés-pour-compte et renforce la minorité ploutocrate qui  le dirige. De moins en moins  les pauvres ont d’opportunités pour   se loger décemment,  se nourrir, se couvrir, s’éduquer, préserver leur santé et leur environnement.  L’incertitude face à la crise financière et économique hypothèque l’avenir de futures générations qui sont loin d’être les préoccupations des capitalistes à la boulimie insatiable de jouissances futiles, à la recherche effrénée du profit, toujours du profit, encore du profit. L’ « économie positive » telle que énoncée par Jacques Attali et alii n’est pas encore à l’ordre du jour. Il nous faut plutôt trouver « la Voie » comme nous y invite Edgard Morin. Le véritable sens de la révolution aujourd’hui est de changer le monde, en dehors des appareils conventionnels, au-delà du pouvoir (Jonh holloway), par l’engagement !

Il  ne s’agit pas de faire face à une crise fonctionnelle avec des solutions  de restructuration  du système dominant par l’alchimie de la « destructive créatrice » (Schumpeter), avec la complicité des « forces vives », notamment la « société civile ».Mais plutôt de s’engager pour la désintégration des relations établies par ce paradigme dominant.

En définitif, le cri de la transformation doit être celui de la véritable liberté : celle de décider soi-même de l’orientation à donner à ses propres forces, mais surtout celle de disposer de ces moyens d’existence en toute autonomie. Elle va au-delà même de la simple résistance.  

L’engagement (individuel et collectif) est donc le seul baromètre de la dynamique de transformation. Il tire sa source des aspirations profondes et légitimes de nos peuples et non des agendas préétablis qui nous laissent une petite page de « participation » dans le livre de l’histoire de l’humanité. Avec discernement, allons vers l’essentiel…

Engageons-nous, résistons, transformons !!!

Par Elimane H. KANE,

Leadership, Ethique, Gouvernance, Stratégies pour l’Afrique (LEGS-Africa)

elihkane@gmail.com

 

 L'auteur  Elimane H. KANE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (10)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Mbourois En Janvier, 2014 (18:20 PM) 0 FansN°:1
higher level, kif grave!
pertinent my boy!on va s'engager et résister...
Z En Janvier, 2014 (10:00 AM) 0 FansN°:2
Enfin une première, une analyse très objective et très pertinente d'un élément de la Société Civile sur la Société Civile. c'est aller au delà de l'une des limites de cette société civile. s'il elle n'est pas entrain de jouer son propre rôle ou d'amener sa contribution dans l'orientation de notre société dans la bonne direction c'est parce que la voie n'est pas bien claire les rôles pas bien définis. Maintenant devez vous juste se contenter d'écrire ou de poster des analyses pertinentes? Etant un élément de cette société civile et connaissant beaucoup des difficultés comment arriver à nourrir et faire nourrir cette engagement pour une transformation d'abord de ses organisations pour un mouvement d'ensemble collectif vers le meilleur changement approprié et adapté à notre réalité socio-culturelle, économique, politique et religieuse...
bonne continuation et beaucoup de courage!
Papa Tall En Février, 2014 (15:18 PM) 0 FansN°:3
Tres bonne analyse theorique et academique. Quand vous dites "Engageons-nous, résistons, transformons !!!", que voulez vous dire? quell est le cadre ideal d'un tel engagement? Les partis politiques? Voire...
J'attends votre reponse.
Papa Tall En Février, 2014 (15:19 PM) 0 FansN°:4
Tres bonne analyse theorique et academique. Quand vous dites "Engageons-nous, résistons, transformons !!!", que voulez vous dire? quell est le cadre ideal d'un tel engagement? Les partis politiques? Voire...
J'attends votre reponse
Stlou En Février, 2014 (22:36 PM) 0 FansN°:5
On peut donner un exemple comme "Y'en a marre",manifestation spontanée de la société civile.
Quand les principales structures devant régir et coordonner la vie politique sont en échec patent,il est sain et révolutionnaire et non réactionnaire que naisse une opposition civile libre pour réclamer les droits bafoués.Certes,la fragilité des actions spontanées n'est pas viable à long terme.A long terme ,celles -ci (révoltes populaires),sont souvent récupérées ou avalées par les monstres institutionnels en place;Si elles survivent,elles jouent un rôle de surveillant,de superviseur,d'appui et de garant même pour le bien être de tous;
Sans cette société civile,Wade le magouilleur serait encore certainement là.
Miss diola En Février, 2014 (04:41 AM) 0 FansN°:6
ah oui que dites vous que sans cette société civile Wade serait certainemen la
laisser moi vous poser des questions : disez moi
comment fair confiance a cette société civile qui
1)pendant la periode electorale fesait circuler des numeros de telephone pour soit disant denoncer des fraudes:ecouter bien il suffiser d'appeller et de dire que dans tel ou tel lieu des gent photocopie des pieces d'identité et on te payer 10 000
2)et de 2: non je vais pas tout dire d'un trait lisez et repondez si c'est vrai ou faux et je divilgerais ma liste
juste pour vous dire je suis d'accord avec votre analyse
mais il faut des mesures d'accompagnement que vous drevez appliquer vous d'abord avant de nous les soumettre .quelqu'un d entre vous de forum civil fesais parti de la distribution de cet argent et vous le savait bien.
donc vous etes les premiers corrompu
car nakk charité bien ordonné commence par soi meme
donc donnez nous le bon exemple
Dr Abdallah Togola En Février, 2014 (05:45 AM) 0 FansN°:7
Excellent travail cher ami.
C'est un plaisir de lire et de voir un ami à travers ce genre de sortie.
Lamine En Février, 2014 (16:03 PM) 0 FansN°:8
La société civile made in Sénégal porte en elle même les germes de ce qu'elle dénonce. C'est une vrai mafia qui a comploté dans le dos de la nation et ouvert la porte à toutes les dérives. Les gens qui l'a compose ne sont rien d'autre que des intellos mythomanes de salon qui ont simplement le mérite de s'accoquiner avec la mafia médiatico-occidentale pour assujettir leur peuple moyennant un pseudo renommé international. au fait, où est cette société civile qui inventait à tout va des scandales imaginaires sous le magistère de Wade malgré les réalisations infrastructurelles et ses bonds positifs au niveau économique; que disent-ils des innombrables scandales en moins de deux ans sous le règne de sa mackyesté avec sa justice à double vitesse. Je pense que le soleil commence à se lever et il va faire jour.
Lamine En Février, 2014 (16:03 PM) 0 FansN°:9
La société civile made in Sénégal porte en elle même les germes de ce qu'elle dénonce. C'est une vrai mafia qui a comploté dans le dos de la nation et ouvert la porte à toutes les dérives. Les gens qui l'a compose ne sont rien d'autre que des intellos mythomanes de salon qui ont simplement le mérite de s'accoquiner avec la mafia médiatico-occidentale pour assujettir leur peuple moyennant un pseudo renommé international. au fait, où est cette société civile qui inventait à tout va des scandales imaginaires sous le magistère de Wade malgré les réalisations infrastructurelles et ses bonds positifs au niveau économique; que disent-ils des innombrables scandales en moins de deux ans sous le règne de sa mackyesté avec sa justice à double vitesse. Je pense que le soleil commence à se lever et il va faire jour.
Anonyme En Janvier, 2015 (17:23 PM) 0 FansN°:10
Analyse pertinente, nous devons réfléchir comment sensibiliser, informer, former les citoyens qui dans leur large % n'ont pas accès aux TIC ou ne sont pas alphabétisées...

Ajouter un commentaire

 
 
Elimane H. KANE
Blog crée le 15/02/2013 Visité 211167 fois 32 Articles 7934 Commentaires 13 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires