Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

« Home Coming Show » d’Abdoulaye WADE : de quoi se mêle le « peuple libre » ?

Posté par: Elimane H. KANE| Samedi 26 avril, 2014 17:03  | Consulté 3035 fois  |  8 Réactions  |   

 Dans un article précédent je me posais encore la question : où vont nous mener nos dirigeants politiques? De mal en pis, ils nous en servent des plus pitoyables! La question est encore cruciale, observant les récents développements concernant les péripéties du  « retour  au pays » de l’ancien président de la république Abdoulaye WADE après deux ans d’exil de consolation en France ( une sorte de rituel peu patriotique du reste), ainsi que les agitations, confusions, amalgames,  spéculations et autres manipulations que cela a suscités. Il est encore question des comportements de certains dirigeants politiques et de leur rapport absolument ludique et jouissif avec le pouvoir et l’espace public. Cette horde d’hommes politiques qui, avec la complicité intéressée d’une certaine presse, occupent l’espace public avec démesure, alors qu’ils ne représenteraient pas plus de 10 % des 13 millions de sénégalais que nous sommes. Quelle considération  ont-ils alors de la grande majorité qui constitue « le peuple libre », mais silencieux. Ceux là qui ne sont membres d’aucun parti politique et qui refusent de faire acte d’allégeance à aucun « messie ». Ceux-là qui n’espèrent leur pitance que par la sueur de leur front. Ceux-là qui refusent d’hypothéquer leur avenir entre les mains de marchands d’illusions qui ne comptent que sur des ruses machiavéliques pour s’accaparer les biens publics et en faire leur source de jouissance ou encore pouvoir  d’avilissement de leurs compatriotes peu préparés au discernement. Ceux – là qui croient encore à la valeur du travail, de l’éthique, à l’unité nationale par la valorisation des codes sociaux fondateurs de notre société, à l’idéal démocratique. Ceux –là qui construisent leur propre résilience en préservant leur dignité face à la misère provoquée par des dirigeants politiques parfois cupides, égoïstes, nombrilistes, perfides, véreux et qui n’ont d’ambitions que pour leurs propres désirs et ceux des membres de leur famille.

Assurément, Abdoulaye WADE est l’icône  de cette horde, le  meilleur d’entre eux, pour ne pas dire le pire dans le genre et certainement le plus mégalomane aussi. Il passe pour être l’homme politique le plus populaire de l’histoire du Sénégal et demeure encore même à quatre vingt sept ans, une véritable  « bête politique ». Pour défendre ses intérêts et ceux de son fils entre les mailles de la justice, WADE  nous a encore servi le meilleur de son art. Décidemment il demeure au moins sur ce plan conséquent par rapport à ses paroles « même grabataire, je me battrais !». Vieillard, il ne compte pas laisser le terrain aux jeunes générations. Il les juge incapables et pas à la hauteur des défis politiques. Il continue à se battre contre ses fils putatifs pour protéger son fils biologique, au risque de créer l’instabilité dans son propre pays où il a passé vingt six  années de sa vie à s’opposer et contribuer de ce fait à faire avancer la démocratie et douze ans à présider à la destinée d’un peuple qui a su l’aimer, le chérir, le supporter mais aussi le combattre et le vaincre contre ses propres dérives.

Me WADE, « une bête politique » à la légitimité périmée

Me WADE est incapable de rédemption ! Profitant de sa légitimité  historique et de sa légendaire popularité, il a repris du service. Le « superoldman » revient au secours de sa famille. Il veut négocier avec son ancien « fils », devenu Président de la république, élu par une majorité écrasante en Mars 2012. Le message de Wade est très clair : il demeure encore l’opposant le plus fort au Sénégal et compte démontrer sa force pour mieux négocier le partage du pouvoir avec son ancien premier ministre. Il vaudrait aussi certainement arriver à la reconstruction de son parti, la grande famille libérale à qui il avait promis un demi-siècle au pouvoir mais qu’il a lui-même désintégrée en voulant promouvoir sa petite famille nucléaire par une dévolution monarchique du pouvoir au profit de son propre fils. Il attend la réponse politique de Macky à qui il suggère une lecture biaisée de la situation politique qu’il a lui même dessinée. C’est  tout son mérite, mais Wade oubli que sa légitimité historique est aujourd’hui ajournée par la perte de sa légitimité sociale et politique. A 87 ans, dans un pays où seulement 3,5 % sont âgés de plus de 65 ans, avec une population électorale de 51,4 %. Un pays où 81,5 % ont moins de 40 ans. Octogénaire, il ne doit plus assumer les responsabilités qu’il continue d’assumer et se retrouver à faire les mêmes actions qu’il faisait vingt ans, trente ans avant. Il se rappelle avec fierté ses prouesses de 1988 et 1999. Mais ceci est également un aveu d’échec, car s’il avait su diriger son parti  de manière démocratique aujourd’hui il devrait tirer sa fierté à voir ses jeunes camarades disposer d’autant de capacités de mobilisation  ou plus qu’il en a encore. Mais il a toujours été la seule constante et le demeure encore au détriment de l’avenir  de ses partisans. Wade a aussi sacrifié sa légitimé politique en se faisant désavoué par plus de 65 % des sénégalais au premier tour de l’élection présidentielle de 2012. En effet, en imposant au peuple sénégalais la possibilité d’un troisième mandat qui n’était pas permis par la constitution, ce peuple lui a fait face jusqu’au bout de sa téméraire cupidité en choisissant de barrer la route à l’entêtement de Wade, par les urnes. La maturité du peuple libre a fait la différence en prenant de la hauteur par rapport à Wade lui-même, mais aussi à l’essentiel de la classe politique qui  avait plutôt opté de s’opposer radicalement à ses provocations avec parfois une violence qui a valu la vie à nombre de nos compatriotes et qui pouvait plonger le pays dans une instabilité récurrente. Si WADE avait pris le soin de s’élever à la hauteur de ce « peuple libre », il n’aurait pas récidivé  dans ses agitations d’une autre époque et qui ne font que perturber la quiétude de ce peuple vaillant et mettre en cause la gouvernabilité du pays, pour seulement des intérêts partisans. Il a choisi de rester sur le cadre logique de son projet de dévolution monarchique. Et les causes ayant produit leurs  effets, aujourd’hui sa tâche consiste donc, en toute logique, à endiguer les hypothèses d’échec qu’il n’avait pas bien considérées durant le « grand soir ». Son fils n’ayant pas été à la hauteur du destin qu’il lui préparait, s’est simplement retrouvé en prison dans une opération de reddition des comptes. Alors, en « bon père », il doit le sortir d’affaire car l’épilogue est imminent!

La logique politicienne : talon d’Achille  du jeu démocratique

Malheureusement la force de frappe de Wade risque de faire mal face à un régime encore aux pieds d’argile qui nous montre de plus en plus des signes de faiblesses. Le pouvoir du Président  Macky Sall  est encore vacillant car il ne s’est pas prioritairement préoccupé des véritables défis de la victoire citoyenne de Mars 2012. L’usage à outrance de la force publique, pour entraver des libertés fondamentales acquises de longue lutte, notamment le droit de réunion, le droit de marcher, le droit de dire NON au mur,… qui sont des éléments constituants du débat public national dans une démocratie qui s’entretient, présage d’une véritable psychose sécuritaire. De quoi a-t-il peur ? Que nous valent ces démonstrations de force et ses interdictions systématiques de manifestations ? Même si WADE a clairement déclaré que sa rentrée au Sénégal est une rentrée politique, avons-nous encore besoin de riposte qui instrumentalise les forces Etatiques pour faire face. La réplique devrait plutôt être politique et donc du ressort du parti  et de la coalition au pouvoir. Mais ceux qui devraient faire le travail  sont plus préoccupés par les sinécures et les luttes fratricides  de positionnement qui les divisent au lieu de s’organiser  pour mobiliser leur base et réconforter le Président de la République dans sa légitimité démocratique. La logique politicienne a encore repris le dessus sur la logique républicaine.

Alors dans tout cela, quelle considération pour le « peuple libre » ?

Pour répondre véritablement aux préoccupations du peuple réel, le débat devrait être réorienté vers l’essentiel. Vers les éléments structurels qui peuvent contribuer à sérieusement renforcer la démocratie, garantir les libertés individuelles et collectives des sénégalais et jeter les bases d’un progrès social et économique durable. C’est d’abord s’assurer que les élections locales vont se dérouler correctement car ce pari est loin d’être gagné. Elles sont très mal préparées dans l’opacité et l’incertitude, dans l’absence de consensus véritable sur les règles du jeu avec un nouveau code électoral pas tout à fait au point et qui remet en causes des dispositions constitutionnelles majeures.

Le débat national devrait aussi nous mobiliser sur la vison qui doit rassembler les sénégalais autour de l’essentiel et sur des objectifs ambitieux et réalistes. Au moment où on s’entête pour un Plan Sénégal émergent mal conçu et déjà en déliquescence, au moment où on annonce l’accélération  alors que la cadence de la croissance est au rabais, dans l’ignorance arrogante des éclairages de  spécialistes et des aspirations du peuple à s’émanciper des goulots d’étranglement qui nous empêchent de tracer nous-mêmes notre propre voie, le Président de la république avoue publiquement son incapacité à se faire entourer de  ressources humaines compétentes pour mettre son gouvernement au travail. Au moment où se fait le « show » politicien sur la mobilisation de financements étrangers, on enregistre une baisse inquiétante de la croissance allant jusqu’à 50 % d’écarts sur les prévisions et surtout les secteurs primaires et secondaires sont abandonnés dans leur déliquescence.  

Face à l’opportunisme des perdants d’hier et des parvenus de la seconde alternance qui veulent aussi profiter du pouvoir pour s’enrichir, en essayant de faire croire à l’opinion que la politique sur la traque des biens « mal acquis »  est la source de nos difficultés économiques, il est nécessaire de  rester intransigeant sur le renforcement de la  culture de la Transparence et de la reddition des comptes et d’approfondir le débat sur cette question pour plus d’acquis et de garanties à pérenniser.

Le Président lors de son message à la nation du 3 Avril avait promis de s’occuper de la mise en œuvre des recommandations de la commission nationale de réforme des institutions. Il devrait s’y atteler rigoureusement  sur la base d’une large consultation en vue de présenter au référendum le nouveau projet de constitution. Cette proposition de la CNRI est un véritablement outil de refondation de la démocratie sénégalaise qui pourrait nous sortir définitivement de ce système d’accaparement et de concentration des leviers du pouvoir entre les seules mains des minorités politiques pour donner enfin aux citoyens la possibilité de mettre activement leur engagement à contribution dans la marche du pays. S’il n’est pas la panacée, l’avant projet de constitution mis à jour sur certains aspects et renforcé sur d’autres dispositions, encore timides de mon point de vue, devrait nous permettre de faire un grand bon en avant. L’œuvre dirigée par Amadou Mahtar Mbow pourrait ainsi nous éviter à l’avenir des agitations stériles de l’acabit de ce que nous sert Abdoulaye WADE. Comme quoi, un vieillard peut en cacher un autre ! Vive la démocratie au service du peuple libre ! En attendant que celui-ci s’organise pour arracher son  destin abandonné à l’incurie  de politiciens irresponsables !

Elimane H.  KANE

LEGS-Africa.

elihkane@gmail.com

 L'auteur  Elimane H. KANE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (8)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
WATT En Avril, 2014 (10:24 AM) 0 FansN°:1
Pertinente analyse mon gars.
Mais face à l'irresponsabilité de Wade qui cherche à faire pression sur l'actuel régime pour négocier la libération de son fils, et à pousser Macky à commettre des erreurs, qui pourraient d'ailleurs être fatales pour la stabilité de notre pays, il urge que la société civile et le "peuple libre" se mobilisent autour d'un projet d'avant-garde: "Ne joue pas avec ma stabilité.
Diabs En Avril, 2014 (09:31 AM) 0 FansN°:2
Diadieuf Elimane,
Analyse très pertinente, t'as vu juste.
Baboucar Coly En Avril, 2014 (11:10 AM) 0 FansN°:3
mon cher le Sénégal a besoin des gens comme vous pour éveiller les consciences du courage et bonne continuation
Une citoyenne En Avril, 2014 (11:41 AM) 0 FansN°:4
Bravo!!! Excellente contribution; dommage que le peuple sénégalais soit "libre" mais profondément maso!!!
Anonyme En Avril, 2014 (14:14 PM)0 FansN°: 1244412
EXCELLENT.oui WADE un "HAS BEEN EMPOTE"et j'ajouterai en disant tout simplement que les politiciens ne savent que faire de la politique.ET c'est aberrant comme si sur la planete terre il n'existait que le senegal.sinon combien de presidents desavoues lors d'elections choisissent a rester dans leur coin .mais c'est comprehensif avec une certaine presse non meritante.comme un canin qui s'aiguise les crocs avec un os il y a rien a dire.mais le peuple est la qui n'est ni APR ni PDS ,ni PS,ni d'aucun parti politique.ET c'est ce peuple que rien ne peut corrompre qui l'a desavoue mr wade.Ce peuple continuera de vivre dans l'anonymat et attendre les prochaines echeances pour DECIDER.MAIS quant a NDIOMBOR sa venue au sensgalais et tout ce qu'il a pu dire n'inquiete ;donc c'est un non evenement
CisseAlioune En Avril, 2014 (14:42 PM) 0 FansN°:5
Mon frere est tres content de tn analyse.j'ose esperer que le peuple senegalais
CisseAlioune En Avril, 2014 (14:47 PM) 0 FansN°:6
Mon frere on est tres fier de tw.Esperons ke le peuple ki a chassé ce vieillard
Sait ce qu'il veut.si nn on n'est pas sorti de l'auberge.Restons eveiller mes freres
Ndeyfatou En Avril, 2014 (15:11 PM) 0 FansN°:7
Belle analyse. Ca me rassure un peu apres l agitation de ces derniers jours.

Ajouter un commentaire

 
 
Elimane H. KANE
Blog crée le 15/02/2013 Visité 213230 fois 32 Articles 8191 Commentaires 13 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires