Ige, Cour Des Comptes, Ofnac, Etc : Ces Recommandations Rangées Dans Les Tiroirs

  • Source: : Sud Quotidien | Le 06 mars, 2018 à 00:03:56 | Lu 2669 fois | 7 Commentaires
content_image

Ige, Cour Des Comptes, Ofnac, Etc : Ces Recommandations Rangées Dans Les Tiroirs

La réclamation du détachement de certains corps de contrôle de l’Etat, rattachés à la présidence de la République, comme la Cour des comptes et l’Inspection générale d’Etat (Ige), se fait de plus en plus sentir. Les raisons, le traitement jugé «tendancieux» de certains dossiers soulevés dans les rapports de ces organes de contrôles, dont certaines recommandations restent pour lettres mortes.
 
La transmission au Parquet, par le chef de l’Etat, Macky Sall, du rapport de l’Inspection générale d’Etat (Ige), mettant en cause la gestion du maire de Dakar, Khalifa Sall, a remis au goût du jour la lancinante question de la nécessité de détacher l’Inspection générale d’Etat (Ige) et la Cour des comptes de la présidence de la République. Une réclamation de certains sénégalais qui se fait de plus en plus au vu de la gestion de certains dossiers.

En effet, le cas du dossier du Directeur général du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) est cité en exemple le plus souvent par nombre d’acteurs. Le rapport de l’Ofnac avait accusé Cheikh Oumar Hanne, responsable de l’Apr (maire de Ndioum), de fractionnement des commandes dans les marchés, l’octroi de subventions irrégulières, des pratiques de détournements de deniers publics et de faux et usage de faux. Outre l’action judiciaire, l’Ofnac avait demandé dans son rapport que Cheikh Oumar Hanne soit relevé de ses fonctions de directeur du Coud et que toutes les mesures soient prises pour qu’il ne lui soit plus confié la responsabilité de diriger une structure publique. Jusqu’à ce jour, il est toujours le Dg du Coud et mène tranquillement ses activités politiques au niveau de Podor, pour la réélection du président Macky Sall, en 2019.
 
L’on se rappelle également de l’affaire Pétro Tim qui, à un moment, a tenu en haleine le pays. En effet, une enquête diligentée en octobre 2012  par l’Ige avait indiqué que Pétro Tim ne remplissait aucune des conditions pour obtenir un permis de recherche et d’exploitation des hydrocarbures au Sénégal. Les limiers de l’Etat avaient relevé tous les manquements à la procédure et demandé, depuis l’arrivée de Macky Sall au pouvoir, le retrait desdits permis. Des recommandations qui n’avaient pas été suivies par l’actuel chef de l’Etat, d’autant plus que ladite société a poursuivi ses activités au Sénégal.
 
En outre, dans une de ses tribunes publiées le 22 octobre dernier, l’enseignant à la retraite, Mody Niang avait relevé certains dossiers où le chef de l’Etat «a fait le mort». En effet, dans sa publication, M. Niang rappelle que «des scandales, de gros scandales, nos structures de contrôle en ont toujours mis en évidence». Citant ainsi le rapport public sur l’Etat de la gouvernance et de la Reddition des comptes présenté par l’Ige en juillet 2013, comme ceux des années 2014 et 2015, il dira que les «actes caractéristiques de mal gouvernance financière sont légion dans tous ses rapports». Le cas du Fesman n’a pas échappé à l’enseignant, notamment avec le dépassement budgétaire estimé à 80 milliards, sans compter les prêts de 7 milliards des autres Etats et organismes, pour un coût initial de 5 milliards. M. Niang a aussi cité «un autre acte de brigandage financier» perpétré par l’ancien ministre de l’Economie «Abdoulaye Diop, qui passe une retraite dorée au Canada où il serait devenu citoyen d’honneur», selon lui.
 
Enfonçant le clou, il a fait cas du rapport de l’Ige de 2013, qui avait épinglé la Société africaine de raffinage (Sar), gérée à l’époque par l’ancien Ministre de l’Energie Samuel Sarr, qui aurait importé du mauvais pétrole «dans des conditions marquées par bien des irrégularités, manquements et autres dysfonctionnements», cite-t-il le rapport. Et, pour ces forfaits cumulés, poursuit-il, «l’Ige (proposait) l’ouverture d’une information judiciaire à l’encontre de l’ancien Ministre de l’Energie et de l’ancien Directeur général de la Sar». Hélas, se désole-t-il, le mis en cause «se la coule douce entre Dakar et Touba, son refuge préféré. Il n’est inquiété ni dans ce sulfureux dossier de la Sar, ni dans celui de l’enrichissement illicite où il est en cause». Autant de cas qui nécessitent, selon certains observateurs, la réforme des organes de contrôles. La liste est loin d’être exhaustive.


Auteur: Jean Michel DIATTA - Sud Quotidien






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (3)


Ex Goor En Mars, 2018 (06:31 AM) 0 FansN°: 1
Mais oui, l'OFNAC et l'IGE devraient pouvoir remettre directement leur conclusions à la justice pour que celle-ci convoque qui de droit. Le Président de la république ne devrait jamais avoir le pouvoir de faire suivre un dossier ou de le bloquer. Ce n'est pas sérieux. Celà permet de bloquer les dossiers qui affectent tes amis et de livrer ceux des autres. Je crois qu'il n' ya pas de discussions possible dans ce cas précis. La justice ne doit pas avoir les mains liées par qui que ce soit. Elle doit être libre même si cette liberté n'est pas une garantie à 100%. Je préfère une justice qui commet elle-même ses erreurs qu'une justice dirigée des fois par quelqu'un hors de la justice. Ça c'est le minimum dans un pays qui se veut juste. Le traitement des affaires judiciaires qui affectent les politiciens devrait tout simplement être l'affaire des juges.
Reply_author En Mars, 2018 (07:31 AM) 0 FansN°: 1
il y a beaucoup d'autres dossiers qui sont rangés. c'est le cas de la mairie de bargny aussi où le maire continue de brader les terres et vole l'argent du contribuable impunément parce que se réclamant de l'apr. vraiment macky sall nous déçoit tous les jours.
Reply_author En Mars, 2018 (09:47 AM) 0 FansN°: 2
il y a quand même une grave erreur dans l'article: la cour des comptes n'est pas rattachée à la présidence de la république. c est une cour donc une juridiction indépendante. entrez dans le site de la cour des comtes et lisez les textes qui l'organisent. journalistes faites un minimum d'efforts avant d'écrire un article. ca frise la paresse intellectuelle
Reply_author En Mars, 2018 (11:24 AM) 0 FansN°: 3
cela ne servira à rien tant que nous avons des délinquants comme saer à la tête de ces organes
l'armp est autorité administrative indépendante et pourtant c'est de le plus irrégulier,le plus corrompu du pays.saer niang qui est en fin de dernier mandat depuis décembre 2016 ,est toujours dg de larmp par la seule volonté de mansour faye. aujourd'hui il dit qu'il plus rien a perdre,milite à l'apr et ne s'en cache même pas.
Anonyme En Mars, 2018 (09:55 AM) 0 FansN°: 2
SEUL OUSMANE SONKO PEUT RELEVER CE PAYS QUE CES ULTRA CORROMPUS ET COMPLEXES FRANÇAIS ONT COMPLETEMENT RUINE.NOUS RENDRE NOTRE DIGNITE DES FRANÇAIS. NOS CARTES D'ELECTEURS C'EST LE VRAI COMBAT QUI VAILLE . ALY NGOUILLE NDIAYE DEGAGE
Anonyme En Mars, 2018 (11:27 AM) 0 FansN°: 3
L'exemple de larmp est là. Nous n'avons pas besoins d'institutions fortes mais d'hommes forts.Mais est mauvais, ses hommes tels que ce Saer Niang sont de pourriture.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com