Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Pourquoi les sénégalais triment ?

Posté par: Elimane H. KANE| Dimanche 17 février, 2013 12:14  | Consulté 1593 fois  |  0 Réactions  |   

 

 

1.      Pas de croissance. Celle-ci est noyée à 0,9 pour cent par le rapport taux de croissance de 30 pour cent et croissance démographique de 2,8 pour cent au moment où le taux dans la sous-région est à 5,6 pour cent.

2.     Même si croissance, il  y avait, la  structure économique dominée par les activités de services au détriment de la production a forte capacité de main d’œuvre et la nature des investissements essentiellement   constitués de capitaux étrangers ne favorisent pas une redistribution équitable et diffuse  de la richesse créée. Au même moment, des exonérations sont octroyées à des entreprises qui exploitent nos ressources naturelles, on annonce la baisse des impôts sur les revenus de ces entreprises et les taxes à l’entrée.

3.     En plus, le climat des affaires est délétère et corrompu, peu encourageant pour attirer des investissements. Sur le « Doing business 2013 », notre pays a perdu 12 places dans le classement mondial. Sur l’indice de perception de la corruption 2011, le Sénégal dans la zone rouge, à la 102é place avec une note de 2.1 sur 10. C’est pourtant le moment choisi par le Président pour nommer l’ancienne ministre-directrice générale de l’APIX, chargé de la promotion des investissements et d e l’amélioration de l’environnement des affaires pour la renommer ministre-conseiller. ce qui peut être perçu comme une récompense de la contre-performance des agents de l’Etat.

4.       L’énergie est rare voire introuvable. La production bien que  insuffisante dépend de l’importation d’hydrocarbures acheté à des coûts  exorbitants et instables. En 2010, les sénégalais ont été délestés pendant 270 jours sur les 365 que compte l’année.

5.       La commande publique est en même temps budgétivore et exécutée dans des conditions de non transparence. Les marchés publics ont été estimés à plus de 1000 milliards en 2011, dont 22 pour cent octroyés de gré à gré. Un taux qui dépasse largement le seuil fixé par l’UEMOA.

6.       Pourtant ces dépenses se sont avérées non rentables. La Sénélec est subvention à hauteur de 120 milliards par an et le coût de l’électricité est le plus cher dans la sous-région.

7.       Le taux de chômage est encore à environ 10 pour cent et les jeunes croulent sous la tentation de la drogue et des contre –modèles. Le Sénégal est devenu un hub du trafic international de drogue

8.       Le Sénégal est pauvre et endetté, vit au dessus de ses moyens avec un déficit annuel à hauteur de 6 pour cent et des taux de rendement des dépenses en baisse. Un sénégalais sur deux est pauvre, ne peut se soigner s’il est malade, ne peut prétendre à une éducation correcte, ni s’assurer trois repas par jour, ne peut payer son transport pour se déplacer, ni avoir un logement décent. En même temps les prix des denrées, du carburant et du gaz sont à la hausse, réduisant davantage le pouvoir d’achat des pauvres sénégalais.

9.       …….j’en passe, et des pires !!!

 

Cette réalité des faits est le fruit de notre niveau de réflexion et de nos comportements. Elle nous pose des problèmes que nous ne pouvons résoudre avec ce même niveau de réflexion et ces mêmes comportements… Il requiert de nous une nouvelle façon de penser et d’agir si nous voulons survivre.   A quand le Sénégal où il fera bon vivre !!?
 L'auteur  Elimane H. KANE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Elimane H. KANE
Blog crée le 15/02/2013 Visité 210089 fois 32 Articles 7729 Commentaires 13 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires