Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Pourquoi nous devons dire NON aux APE !

Posté par: Elimane H. KANE| Jeudi 18 septembre, 2014 16:42  | Consulté 1064 fois  |  0 Réactions  |   

En 2007, le Sénégal avait assumé un  leadership  fort et courageux  qui avait  permis une forte mobilisation des gouvernements et de la société civile africaine contre les Accords de partenariat Economiques proposés par l’Europe à l’époque. Ce qui avait abouti à un rejet en bloc des APE. Mais depuis de l’eau a coulé sous les ponts et les leaders politiques à la tête de nos Etats ont changé. Aujourd’hui par une ruse insoupçonnée, le représentant du Sénégal à la CEDEAO, Monsieur Macky Sall a été désigné par ses pairs comme facilitateur du dialogue pour aller vers la signature des accords qui devraient intervenir en Octobre 2014 selon l’ultimatum de l’EU. Sous sa responsabilité, nos gouvernements ont poursuivi les négociations pour parvenir à un compromis en janvier 2014. Mais ce compromis n’est pas acceptable pour les peuples africains  et nous le rejetons vigoureusement pour plusieurs  raisons dont les suivantes :

1.    Le niveau de libéralisation imposé à nos Etats est excessif. Au nom de quelle logique économique une région majoritairement composée de PMA devrait ouvrir 75% de son commerce intérieur dans un délai de 20 ans – 15 ans en réalité puisque 95% des produits seront libéralisés dans les 15 premières années et seulement 5% iront à la 20ème.

2.    Les accords  APE vont provoquer des pertes de recettes fiscales à plus de 215 millions d’euros à la fin de la libéralisation. L’évitement de ces pertes et les efforts que feront nos Etats pour développer les politiques économiques et renforcer le marché régional africain est préférable à l’aide dans le cadre du PAPED sa la quelle nous devons nous émanciper définitivement pour sauver notre dignité et prendre notre destin en main. Avec ses implications on se demande comment l’Etat pourra assurer le financement du Plan Sénégal Emergent à hauteur de 60 % comme prévu.

3.    La Clause de la Nation la plus favorisée (NPF) réduit nos possibilités de diversifier nos partenaires commerciaux, ce qui aura un impact sur nos stratégies de développement en cours. Ce qui est inacceptable car le Sénégal doit décider en toute souveraineté de sa politique de coopération économique dans un monde devenu multipolaire.

4.    L’écrasante majorité des pays de l’Afrique de l’Ouest ne veut pas des APE. Les PMA comme le Sénégal n’y ont  aucun intérêt. Le Nigeria, première puissance de l’Afrique et représentant plus de la moitié de la population africaine n’en veut pas non plus. Pour qui fait-on cet accord alors ?

Ces APE vont aussi provoquer des conséquences désastreuses sur notre économie:

?     un choc sur la balance des paiements, imposant des ajustements sur les revenus, les prix intérieurs ou les services sociaux existants qui seront d'autant plus brutaux que les taux de change des monnaies de nos partenaires seront fixes ;

?     un choc industriel, exposant les pays ACP à un risque de désindustrialisation, par la disparition du réseau des petites et moyennes entreprises, lesquelles font vivre des milliers de familles qui veulent éduquer leurs enfants et contribuer ainsi à la mise en valeur du potentiel humain et économique ;

?     un choc agricole, qui remettra en question la pérennité des agricultures vivrières de subsistance, dont l'existence et le développement constituent les conditions clefs du recul de la pauvreté dans des pays majoritairement ruraux. »

Ces différents chocs liés aux pertes fiscales en matière douanière vont engendrer des coûts sociaux insupportables pour les citoyens.

Sénégalais, africains, nous ne pouvons accepter de retomber aussi bas à un moment où les opportunités de fortes croissances adviennent.

Nos chefs d’état devraient plutôt se concentrer sur les politiques économiques nationales et régionales à mettre en place pour développer la productivité et renforcer la compétitivité de nos entreprises locales avant de penser à signer des accords qui n’ont aucun avantage pour nos économies. Ils doivent surtout travailler à davantage renforcer le marché intra-régional et faciliter les échanges commerciaux entre pays africains, misant ainsi sur un marché de plus d’un milliards de consommateurs.

Nous disons NON aux APE, c’est une position  de patriotisme !

Un  collectif Non aux APE a été mis en place. C’est une initiative spontanée, et il est composé de citoyens ordinaires, de cadres d’entreprises, d’universitaires, d’acteurs du secteur privé en particulier, du monde paysan et de groupements de femmes transformatrices, d’acteurs du monde de la coopération internationale, et de mouvements citoyens entre autres. Le comité a fait sa première conférence de presse ce jeudi 18 Septembre 2014 à Dakar et a lancé en même temps le vaste mouvement africain de résistance contre les APE qui ne feront de nous que des Affamés Pauvres et Endettés (A. P.E.)

Peuples du Sénégal et d’Afrique, ensemble, disons NON !

 « Non aux APE », Mail : nonauxape@outlook.fr;Téléphone : (221)  70 749 69 44

 L'auteur  Elimane H. KANE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Elimane H. KANE
Blog crée le 15/02/2013 Visité 213225 fois 32 Articles 8191 Commentaires 13 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires